L’Observance est morte, vive l’adhésion…

Coopération Patients, le CISS et Impatients Chroniques et Associés ont porté au premier semestre 2015 une large démarche, destinée à permettre l’expression des personnes concernées sur les dispositifs et outils qui leur semblent prioritaires pour favoriser le bon suivi de leurs traitements. 

Elle aboutit à une idée force : dépasser le terme « observance » pour lui préférer celui d’adhésion, tant les notions de décision médicale partagée et d’alliance thérapeutique apparaissent essentielles…

Des recommandations ont été identifiés pour s’inscrire dans une dynamique d’adhésion de la personne malade chronique à son traitement :

  • Réclamer que les expériences de la vie avec les traitements au long cours et leurs conséquences sur la vie et l’entourage des patients prennent le dessus sur une normalisation des comportements dictée par la contrainte économique
  • Revendiquer que l’humain, c’est-à-dire la personne prise dans toutes ses dimensions, sa complexité et sa subjectivité, soit reconnu comme le premier facteur permettant l’adhésion
  • Estimer que les préférences du patient doivent être au cœur de la décision partagée car cette approche est la première garantie de l’adhésion
  • Justifier l’utilisation et le recours au numérique pour fonder l’autonomie du patient dans une logique de réappropriation motivationnelle de ses indicateurs plutôt que dans une logique de disqualification et de sanction des « non-observants » : « Se surveiller oui, être surveillé non » ;
  • Considérer que toute partie prenante du système de santé, à commencer par les représentants associatifs, est légitime à être un acteur de l’adhésion, à condition que ce soit dans une démarche d’intérêt général et de responsabilité sociale globale, en dehors de tout conflit d’intérêts.

> Voir le dossier de presse et l’ensemble des recommandations

Publicités

Une réflexion au sujet de « L’Observance est morte, vive l’adhésion… »

  1. Cela ne me redonne pas confiance et malgré complication et toujours en état de complication, après les vilaines ségrégations et non respect de mes choix et du secret médical : je n’irais pas faire le bilan rhumato ni l’ald car AUCUNE confiance…
    Je suis dans un secteur où les DAS 28 sont fabriqués dès le pédiatriques…les diagnostics sont toujours à discrétion du patient (faut être majeure et changer de région) et la famille aurait pouvoir de décider à la place du primo concerné…les patients et les mômes faut juste leur aboyer dessus et le manipuler avec arrachage de fringue moulte radio pour évaluer les orthèses et ne JAMAIS les délivrer… idem les chir nécessaire pour éviter les complications, y compris pour des psychotropes type myorelaxante (les benzo mal de dos… dangereux de consulter pour des réévaluation d’AINS et évincer avec des sérologies les besoins d’antibiothérapie…), hors mattage que les état septique c’est des « états confusionnels » pour contraindre à gober des hypnotiques et faussé tout bilan sanguin et ainsi exclure les sérologies infectieuses, et séquestrer le « malade coupable », si refus de gobage pas de bilan sanguin si demande de dossier mettre celui nominativement de quelqu’un d’autre de toute façon il ne seront pas sanctionner pour refus de soin car un « mauvais patient » qui refuserait les examens serait le refusant des soins… , bref les psychotropes ce n’est qu’un moyen de plus pour la ségrégation aux soins et mettre aux « patient coupable » la sourdine car si en plus il faut respect les « régimes » de ses antécédents… et ses plaintes personne ne veut les entendre si le DAS 28 n’est pas assez intéressant… sympa les variantes systémiques…
    J’ai besoin d’un chir ORL d’orthèses, c’est trop dangereux de faire sponsoriser les violences contre soi par la CPAM, avec aucun droit de refus pour des reconstructions… sans risque de déremboursement, ou de refus de chimiothérapie…
    Je suis une arthritique systémique avec hashimoto et syndrome sec, je viens de faire le 11 mai un choc septique suivis de récidive de candidose systémique avec kératites mycosiques sur uvéïte… une poussée en cours… et seulement un traitant pour me ramasser quand et comme il peut car le 15 refus de prendre les douleurs rétro sternumales… dans des états lamentables… avec que du prednisone inadapté à proposer histoire d’avoir moins bien hors l’obésité car de tous les immunossupresseurs c’est le seul qui fait grossir…
    Insuffisants tant que les médecins ne seront pas réguler et contrôler!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s